Les Bonnes Femmes

Claude Chabrol

France/Italie — fiction — 1959 — 1h32 — noir et blanc

Scénario Claude Chabrol, Paul Gégauff Image Henri Decaë Musique Paul Misraki, Pierre Jansen Montage Gisèle Chézeau et Jacques Gaillard Son Jean-Claude Marchetti Production Robert et Raymond Hakim Interprétation

Bernadette Lafont, Clotilde Joano, Stéphane Audran, Lucile Saint-Simon, Mario David, Pierre Bertin, Jean-Louis Maury, Albert Dinan, Claude Berri 

Chabrol brosse le portrait caustique de quatre jeunes femmes, Jane, Ginette, Jacqueline et Rita. Toutes les quatre sont vendeuses dans le même magasin d’électroménager. Leur travail est insipide et leur salaire médiocre. Pour tenter d’oublier cette condition triviale, elles adoptent une vie sentimentale libre et même un peu dissolue…

« Premier grave échec public de chabrol, ce film fut vilipendé par la critique qui n’y vit qu’un sombre exercice de mépris. Le réalisateur trouvait pourtant là l’un de ses sujets de prédilection : l’étude de mentalités frustes, pures victimes de la société de masse. Dans un style distancié, sans idéalisation, il pose le regard objectif, quasi entomologique, mais non dénué de chaleur et de tendresse, d’un moraliste sur des êtres que seule la supériorité inconsciente du spectateur peut qualifier de médiocres. Un superbe film-piège qui tend un miroir révélateur au public. » Joël Magny, Dictionnaire des films, éd. Larousse, 1991