Benjamin ou Les Mémoires d’un puceau

Michel Deville

35 mm — couleurs — 1 h 40 — 1967

Scénario Michel Deville et Nina Companeez Adaptation et dialogues Nina Companeez Images Ghislain Cloquet Montage Nina Companeez Décors Claude Pignot Production France – Parc Films – Mag Bodard -Marianne Production Distribution Paramount Sortie en France 20 février 1968 Prix Louis-Delluc Interprétation

Michèle Morgan (la comtesse), Michel Piccoli (Philippe), Pierre Clémenti (Benjamin), Catherine Deneuve (Anne), Francine Berge (Marion), Anna Gael (Célestine), Catherine Rouvel (Victorine), Odile Versais (la conseillère), Jacques Dufilho (Camille)

Un jour d’été, vers 1750, le jeune Benjamin et son tuteur, Camille, arrivent au château de Valandry. Camille, brave fermier, espère y ins-taller son filleul orphelin chez la riche tante, la Comtesse. Pour ce naïf garçon de seize ans, le château offre un spectacle singulier : il emble désert, mais en vérité, les buissons du parT et les lits des chambres sont peuplés de couples, domestiques et hôtes aristocratiques, fort occupés aux jeux de l’amour… Dans le hall, la riche tante et le Comte Philippe s’entretiennent fort tendrement. C’est la première fois que Benjamin entend des paroles d’amour. Il répète avec beaucoup de candeur à Marion (la camériste) les mots prononcés par le Comte Philippe, sans comprendre ce que signifie « désirer ». Marion, très excitée par cette profonde ignorance, lui donne sa première leçon d’amour. Hélas, ils sont inter-rompus par le vigilant tuteur qui prévient Benjamin que c’est l’heure de se baigner. Trois gracieuses servantes l’emmènent pour procéder à ses ablutions. Les hôtes et la domesticité de la Comtesse prennent à coeur d’initier le jeune garçon. Et c’est une succession de rendez-vous manqués et d’occasions perdues jusqu’au soir où la Comtesse organise une fête nocturne dans le parc. Une nouvelle invitée, vierge comme Benjamin, mais rusée comme le diable, a décidé de conquérir le coeur du Comte Philippe : c’est Anne. Voilà qui déplaît fort à la Comtesse. Au cours de la fête nocturne, Anne confie à Benjamin qu’elle va se marier avec le Comte, mais elle ajoute que, pour garder l’amour de ce genre de Den Juan, il faut le faire souffrir. Et, pour que le Comte Philippe ne soit pas son premier amant, elle se donne à Benjamin, tandis que le feu d’artifice éclaire l’orgie qui se déroule dans le parc du château de Valandry.